Actualités et revue de presse de L’ Île de La Réunion depuis 2003 Soumettre un communiqué de presse
La Ptite Gazette de l' Île de La Réunion

Archives : Sécurité routière : cap sur la répression

Cette page a été consulté 1 534 fois.

Publié le 01/08/2003

source : Site officiel de la gendarmerie

Automobilistes Réunionnais : cap sur la répression "aussi" !

– Les pouvoirs publics adoptent de nouvelles mesures pour lutter contre la ‘violence routière’. Au programme : multiplication des contrôles et aggravation des sanctions. A la Réunion un laxisme quasi général règne sur les routes . Pourtant et contrairement à la métropole conduire à l’île de la Réunion est moins stressant , peu de gens vous klaxonnent, vous insultent, vous violentent ,non ici il s’ agit plutôt d’ insouciance, une insouciance qui a tout de même conduit à la mort plus d’ une centaine de personnes depuis le début de l’ année.

source de limage clicanoo.comLes "pousses" du vendredi soir A 250 Km/heure sont toujours d’ actualité dans un département où l’ on constate malgré tout de nombreuses infractions. Quelques opérations coups de poings détectent bien des états alcooliques , absence d’ assurance ou de permis de conduire, mais au quotidien très peu d’ actions répressives contre les violations répétées du code la route : conduites dangereuses, en état d’ ivresse, ceintures le plus souvent non bouclées à l’arrière, parfois à l’ avant, absence de casques pour les cyclos, piétons ou animaux traversant les routes…

Le point sur la sécurité routière

Les tribunaux moins conciliants
Les magistrats doivent se montrer moins cléments avec les délinquants de la route. Jusqu’à présent, "si la personne justifiait avoir besoin de son permis de conduire pour travailler, elle obtenait très souvent un aménagement de peine et était autorisée à conduire en semaine, déplore un magistrat. Si l’emploi est évidemment une préoccupation, on réduit ainsi l’efficacité de la répression."
L’obtention de ces "permis blancs" est dorénavant limitée. Cette permissivité est exclue pour les délits routiers les plus graves mettant en danger la vie d’autrui (homicides et blessures involontaires, mais aussi conduite en état d’ivresse, délit de fuite, grand excès de vitesse, etc.).

Peines d’ emprisonnement
Depuis quelques mois, les juges ont déjà naturellement tendance à se montrer plus sévères. Les peines d’emprisonnement ferme et plus seulement avec sursis se multiplient.
Signe des temps : le tribunal correctionnel de Dijon a condamné, en avril dernier, à deux mois de prison avec sursis un cafetier de Côte-d’Or pour "complicité de conduite sous l’influence de l’alcool". En sortant de son bar, un de ses clients avait provoqué un accident mortel.

Un effort de prévention
Si la peur du juge et du gendarme est toujours la plus efficace, le gouvernement entend aussi faire porter ses efforts sur la prévention. Pour que chacun prenne ses responsabilités, des éthylotests électroniques réutilisables sont en cours de certification et devraient être mis sur le marché au prix de 10 à 20 € pièce.

Permis sous condition
La loi contre la violence routière a créé un permis probatoire. Quand on lui remet son permis de conduire, le nouveau conducteur se voit attribuer 6 points, portés à 12 au bout de trois ans et seulement si aucune infraction entraînant une perte de points n’a été commise.

Par ailleurs, les pouvoirs publics ont adopté en décembre dernier le principe d’un contrôle des capacités à la conduite au-delà d’un certain âge.


Saint-Leu photos :le RedacLa vitesse excessive est constatée dans un accident mortel sur deux. Contrôle précis et répression sont à l’ordre du jour. Les vitesses moyennes constatées sur route ne baissent pas. Les voitures de plus en plus puissantes et augmentant le sentiment de sécurité n’incitent pas à lever le pied. Selon les spécialistes une baisse de 5 km/h de la vitesse moyenne réduirait de 20 % le nombre de tués.

Ne pensez pourtant pas qu’en l’absence de radar vous ne risquez rien. La Cour de cassation (arrêt du 29 septembre 1999) a admis que même sans moyens techniques les gendarmes pouvaient constater un excès de vitesse. Il existe deux types de contrôles radar :

Les contrôles avec interception de l’automobiliste ; le contrevenant est verbalisé sur place. Les contrôles sans interception ; le propriétaire du véhicule, identifié après développement photo, reçoit un avis de contravention à son domicile.

Photos ci dessus entrée de Saint Leu direction Saint-Denis image le Redac

Site a voir >> www.securiteroutiere.gouv.fr

Extait du dossier Sécurité routière de www.dossierfamilial.com

Les archives :