Actualités et revue de presse de L’ Île de La Réunion depuis 2003 Soumettre un communiqué de presse
La Ptite Gazette de l' Île de La Réunion

Manger mieux, manger juste, la ruche qui dit oui !

Le mercredi 17 avril 2013, il y a 7 ans | @LeRédac | 2 426 vues

la-ruche-qui-dit-ouiMis en place depuis 2011 un nouveau concept de « supermarché » inonde la France: un supermarché chez soit, anticonformiste et écolo. Conçu pour contrer la « malbouffe » et les abus des chaînes industrielles, ce mouvement se veut collectif et équitable. Tableau d’une ruche où les abeilles font leurs courses dans la rue…

« Dans une ruche, tout le monde participe! » claironne Christelle, la responsable de la ruche de Saint-Louis. Bébé dans les bras, stylo en main et sourire aux lèvres, elle accueille chez elle producteurs et acheteurs pour des courses en collectivité. Sur la table, pain bio et rhum arrangé à déguster, vétiver, savons et huiles essentielles. Bienvenus dans la Ruche qui dit oui…

 

Le fonctionnement est simple: d’après une liste de produits (légumes, fruits, fromage, viande, produits de beauté…) établie par les fournisseurs, les commandes et le paiement se font par les membres via internet du jeudi au lundi. Puis le jeudi après-midi, entre 16h30 et 19h00, tout le monde se retrouve chez Christelle, le point relais. Là, les fournisseurs apportent leurs produits et les acheteurs récupèrent leurs paniers. Sans intermédiaire. Balayés grossistes, supermarchés, coopératives. Ici, le produit va directement du producteur à l’acquéreur. Et c’est le fournisseur qui détermine son prix. Celui-ci se voit majoré de 10% pour la société et de 10% pour le responsable de ruche. Soit une augmentation maximale de 20% du prix initial. A la ruche, on est loin des marges incommensurables (de +40% à +250%!!!) des grandes surfaces. Et ça soulage. D’autant plus que la ruche c’est aussi la garantie de trouver de bons produits. Pour Christelle, la recherche des fournisseurs s’oriente essentiellement vers la culture biologique et l’agriculture raisonnée. Elle est d’ailleurs en contact avec le Groupement des Agriculteurs Bio de la Réunion.

Une rencontre entre acheteurs et fournisseurs

La ruche, ce n’est pas qu’un lieu de va-et-vient, c’est aussi un lieu pour discuter. Car loin des grandes surfaces individualistes, froides et austères, la ruche qui dit oui c’est également le moment de rencontre fournisseur/acheteur. Et ceci n’est pas rien. C’est l’occasion pour l’acheteur de se rendre compte d’où vient le produit et comment il est fabriqué. Car, comme le souligne très justement Céline de la ferme de Chèvrâne, les gens aujourd’hui ont oublié le gout des choses, ils oublient le travail qu’il y a derrière! Et c’est aussi la possibilité pour les producteurs d’entendre les remarques de leurs clients et de réajuster leurs produits en fonction. Et oui, contrairement aux grosses industries, à la ruche les producteurs sont à l’écoute et s’adaptent non pas à la demande commerciale, mais au gout des clients.

Des normes de plus en plus lourdes

Et cela semble arranger tout le monde. Un client qui achète autrement et des fournisseurs qui fixent leurs prix. Mais la mise en place de cette ruche lève le voile sur certaines difficultés: à La Réunion il y a peu de fournisseurs. Sous la contrainte de normes sanitaires de plus en plus lourdes, « les éleveurs de La Réunion lâchent de plus en plus », nous souffle Céline spécialisée dans le fromage de chèvre et poulets fermiers. Elle-même confrontée à ces lois qui changent sans cesse, elle s’indigne: « les lois ne correspondent pas à la réalité. Ce sont les mêmes pour Danone que pour moi, avec mes 15m2 ! Les grands groupes ont de l’argent, ils peuvent investir et réinvestir même si les normes changent souvent! ». Alors que pour les « petits », ceci est un frein réel pour s’installer. Mais cela n’est pas suffisant pour lui faire baisser les bras, car la ferme c’est sa passion, même si elle n’en vit pas…

La ruche, un esprit

Et la ruche ce n’est pas que l’occasion de faire ses courses en déviant le système, c’est aussi un esprit. « L’esprit ruche » comme nous confie Fanny, une cliente satisfaite. Ce que nous confirme rapidement Bruno de l’Atelier Naturellement, producteur de savons et de produits de beautés naturels. Pour lui, la ruche c’est l’opportunité de prendre le temps et de se retrouver pour partager et échanger. Les saveurs, les idées, les visions du monde… La ruche c’est aussi réapprendre le gout, c’est comment on cultive, comment on récolte, comment on transforme. Comment ça se passe dans la « vie vraie » quoi, du début à la fin.

Les objectifs

Finalement, nous avons demandé à Christelle les visées de sa ruche. « Que l’offre s’étoffe! », s’exclame-t-elle. Autrement dit que les ruches se multiplient sur l’île (une est en cours d’ouverture à Saint-Leu), et elle est là pour motiver les troupes. Fournisseurs, acheteurs, que tout le monde se mobilise et s’inscrive! Peut-être un jour réaliserons-nous ce rêve: ne plus mettre les pieds dans un supermarché et faire nos courses dans la rue avec bonne humeur dans une ambiance conviviale et décontractée…

Bon, on résume. La ruche qui dit oui, c’est éviter le gros hypermarché, c’est trouver des produits de bonne qualité, c’est les payer pas chers, c’est rencontrer les producteurs et c’est refaire le monde. Alors nous, à ce train là, on ne peut dire qu’une chose: oui!

Comment devenir membre?

Fournisseurs, acheteurs, future ruche, inscrivez-vous sur le site http://www.laruchequiditoui.fr

Cet article est classé dans Actualités et revue de web, Société et a été consulté 2 426 fois.Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire.