Actualités et revue de presse de L’ Île de La Réunion depuis 2003 Soumettre un communiqué de presse
La Ptite Gazette de l' Île de La Réunion

Le CAUE crée une exposition pour redorer l’image et la place de l’arbre dans la ville

Le jeudi 28 juin 2012, il y a 7 ans | @LeRédac | 1 388 vues

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation au cadre de vie, le CAUE de la Réunion a créé l’exposition « Arbres des villes ». Elle a pour ambition première de pallier la méconnaissance des publics sur l’arbre et ses bienfaits. Une manière de redorer l’image et la place des arbres dans la ville.

arbres-des-villes

Du 4 au 26 juillet 2012

Le constat à la Réunion
On entend souvent dire : « les arbres sont dangereux, les branches peuvent tomber et faire beaucoup de dégâts », « un arbre c’est trop d’entretien », « les fruits qui tombent salissent les rues et les voitures », etc. Manifestement, l’arbre des villes dérange.

En effet, il semble que l’arbre des villes soit confronté à un univers hostile. Il est souvent maltraité et pris pour cible au moindre malaise social. Conséquence, sa croissance et sa longévité s’en trouvent menacées.

Pourtant, ce géant de verdure a toujours joué un rôle prépondérant dans la société réunionnaise, d’un point de vue culturel, historique et social (voir «Les bienfaits de l’arbre»).

D’où vient ce désintérêt pour l’arbre des villes ?
Une réelle méconnaissance de l’arbre et de ses bienfaits semble être à l’origine des nombreuses agressions et contraintes qu’il subit.

Ajouter à cela la géographie particulière de l’île qui offre une surface urbanisable réduite et donc peu de place aux arbres pour être plantés… On constate toutefois, que ceux qui construisent la ville réunionnaise d’aujourd’hui tentent de redonner sa place à la végétation.

Une exposition pour inciter à de nouveaux comportements
Dans une logique de sensibilisation au cadre de vie, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement a souhaité réaliser une exposition sur ce thème. Elle est destinée à tous les publics : grand public, public scolaire et professionnels. L’objectif est de rappeler au public ce qu’est un arbre et l’importance de sa présence en ville, pour tous les êtres vivants.

Comme toutes les expositions du CAUE, «Arbres des villes» sera présentée dans les médiathèques, bibliothèques et autres lieux culturels de l’île. Le planning est à découvrir sur le site internet du CAUE, dans les agendas papiers et agendas en ligne.

Deux photographes professionnels ont apporté leur touche à cette exposition : Edgar Marsy et David Lemor. Ce travail sur les arbres était une première pour les deux artistes.

Edgar Marsy
« Je n’ai jamais vraiment photographié “l’Arbre” en tant que sujet. Quand il est présent dans mes images, c’est pour donner l’échelle ou signifier un rapport à l’homme. Traiter “l’arbre en ville”, c’est aussi imaginer qu’on pourrait s’en passer. D’où la tentation de souligner ses aspects pratiques et fonctionnels, comme pour le rendre légitime au regard des valeurs contemporaines. Pourtant, l’Arbre au dessus de tout, témoigne par sa grandeur de la magie de la vie. Il marque les saisons, rythme et traverse les temps …»

David Lemor
« Plutôt habitué a photographier l’homme dans son contexte social j’ai abordé l’arbre comme un être a part entière. Victime d’une urbanisation grandissante et inéluctable, l’arbre comme l’homme s’adapte. Mis en avant pour des raisons esthétiques ou pratiques où abattu sans vergogne, l’arbre subit les bouleversements sociaux souffre, résiste, renaît… Nous tentons désespérément de le contrôler, l’obligeant parfois a évoluer dans un milieu hostile. Le bitume qui se soulève sous la pression des racines représente pour moi une forme de résistance, une respiration, une envie de liberté symbole d’un étouffement imposé par l’urbanisation d’une île ou l’arbre a pourtant une place majeure ».

Cet article est classé dans Actualités et revue de web, Expositions, Salons & Evénements et a été consulté 1 388 fois.Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire.