Actualités et revue de presse de L’ Île de La Réunion depuis 2003 Soumettre un communiqué de presse
La Ptite Gazette de l' Île de La Réunion

Reef Chek : observer de manière régulière l’évolution de l’état de santé des récifs coralliens…

Le jeudi 10 février 2011, il y a 9 ans | @LeRédac | 1 856 vues

Aujourd’hui, l’éducation à l’environnement et la sensibilisation des acteurs est indispensable. Nombreuses sont les initiatives institutionnelles pour mieux connaître et réduire les stress subis par les récifs coralliens. Le programme Reef Chek est simple et à la portée de tous car il nécessite un minimum de connaissances scientifiques et naturalistes et peut être pratiqué dans les lagons peu profonds. Selon une procédure standardisée sur le plan international, Reef Check consiste à observer de manière régulière l’évolution de l’état de santé de récifs sentinelles. Ces observations sont réalisées par des bénévoles sous l’encadrement de scientifiques du milieu marin.

reff-check

"Observer pour mieux connaître et protéger", telle peut être la devise des volontaires Reef Check, qu’il soient scientifiques ou non.

La population humaine est passée de moins de 1 milliard d’individus à plus de 6 milliards en deux siècles. L’attrait de la vie en zone littorale n’a cessé de croitre et en parallèle s’est développé un mode de vie générant de plus en plus de déchets sous forme de rejets solides et liquides en milieu marin. La pression humaine est de plus en plus forte sur les écosystèmes littoraux. On estime que 10% des récifs sont irrémédiablement condamnés et que 40% sont en danger à moyen terme. Face à cette crise environnementale, les moyens de suivi des autorités scientifiques ne  suffisent plus. Aussi, grâce à l’initiative Reef Check, la participation de volontaires écocitoyens au suivi des récifs et de la qualité des eaux a permis depuis bientôt 15 ans d’améliorer le suivi de nos récifs pour mieux appréhender les choix de gestion futurs.

Les bilans annuels, réalisés pour chaque station, offrent ainsi aux collectivités locales les moyens de mieux protéger, gérer et restaurer leur patrimoine naturel. Les données sont notamment intégrées dans le processus d’attribution du label Pavillon Bleu aux communes. Le programme est basé sur le principe du volontariat de la part des structures locales et/ou de personnes souhaitant s’investir et agir pour la conservation des milieux coralliens. Tous ceux qui souhaitent être acteurs de la préservation des récifs pour les générations futures, sont donc conviés à participer au programme. Aucune connaissance scientifique particulière n’est demandé, la méthode s’acquière rapidement et peut être appliquée en plongée sous marine ou en lagon pour les plus jeunes.

Les actions Reef Check sont très présentes à La Réunion et mobilisent scientifiques et bénévoles.

Il s’agit pour les volontaires d’explorer, en compagnie d’un scientifique, les zones récifales (lagons et/ou pentes externes), en apnée ou en plongée (selon la profondeur), sur une distance de 100 mètres. Dans le cadre d’un suivi Reef Check, la station est composée de 4 " transects " (décamètre de 20 m) espacés de 5 m. Ils sont positionnés par l’équipe d’intervention, et matérialisés si possible au moyen de piquets en galva pour pouvoir retrouver la même zone l’année suivante et faire un suivi à long terme.

Chacun des membres de l’équipe reporte sur une plaquette les informations. L’observateur concerné par le benthos (ce qui est sur le fond) précise selon une codification simplifiée les différentes catégories qu’il observe comme le sable, les coraux vivants, les coraux morts, les algues, … En parallèle, un des observateurs s’occupe de recenser les poissons et les invertébrés, toujours selon une codification et notamment les familles et espèces dites bio-indicatrices.

frise_trou_d_eau

Les données recueillies lors de chaque intervention sur le terrain sont saisies dans les fiches standardisées Reef Check et dans la base de données CoReMo puis analysées au moyen d’un logiciel informatique pour fournir rapidement un bilan annuel (ou thématique selon les besoins : passage d’un cyclone, blanchissement des coraux, …). De plus, pour chaque station inventoriée, une fiche descriptive est remplie, et les points GPS sont notés.

L’initiative Reef Check Réunion a débuté en 2002, lorsque des scientifiques de l’ARVAM, ont été conviés réaliser des relevés Reef Check lors du passage du "Crossing" sur l’île d’Europa dans le sud du canal du Mozambique (en savoir plus…). Suite à cette expédition, dès 2003, l’ARVAM a pu compter sur l’appui de Quiksilver pour développer un premier réseau Reef Check à la Réunion concentré sur 3 spots de surf.

Depuis Reef Check Réunion a connu un grand succès et grâce aux bénévoles et au soutient constant de Quiksilver Fondation et des nouveaux partenaires (Crédit Agricole Réunion, Communes de Saint Paul et de Saint Leu) 17 stations Reef Check sont en activité à la Réunion (10 en pente externe et 7 en lagon). Pour les spots de surf de L’Etang Salé, de Saint Leu et de la passe de l’Ermitage nous venons de fêter les 5 années de suivi !. Les résultats sont aujourd’hui intégrés chaque année au dossier de candidature des communes de Saint Paul et de Saint Leu au label Pavillon Bleu.

En parallèle du protocole REEF CHECK, à La Réunion, les équipes de volontaires participent également au protocole WATER CHECK. Ce programme consiste à réaliser un suivi de la qualité des eaux selon un protocole éprouvé, sur 10 spots de surf prédéfinis le long de la côte. Un partenariat avec Surfrider Foundation a été élaboré afin de suivre régulièrement les niveaux de contamination bactériologique.

Et pour finir, juste pour le plaisir des yeux, voici un splendide aperçu de la faune et de la flore marine de l’île de la réunion. Vidéo réalisé par Franck Faria

Toutes les images ont été réalisées en apnée

Pour aller plus loin :

Source et images : Reef Check France

Cet article est classé dans Actualités et revue de web, Environnement et a été consulté 1 856 fois.Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire.